Capital grandement majoré sur 12 mois avec un placement peu connu

Arrivé en février 2010, soit un an après le décès de nos parents, notre capital est stable et on augmente peu à peu avec les cours d’œnologie. Avec nos gains on s’est même payé des vacances pour fêter le onzième anniversaire d’Evan. On part à Londres pour quelques jours. Alors que je suis sur place, on passe devant une enseigne de la banque Barclays, qui est probablement la banque la plus importante du Royaume-Uni. C’est ce jour-là que j’ai un déclic et que je me dis que si tant de personnes gagnent de l’argent en bourse, cela doit être possible pour moi aussi. Mais je n’ai pas de connaissances et je n’ai aucune confiance dans les banques.

A la recherche de la bonne idée

Je me renseigne donc sur le net et je tombe sur les « options binaires ». Il s’agit en fait d’une possibilité pour les gens qui n’ont pas encore beaucoup de connaissances en trading, de faire des placements simples. Le but n’est pas ici d’expliquer le fonctionnement, mais pour ceux qui veulent plus d’infos, c’est assez bien résumé sur ce site qui vous dit comment devenir riche. Bref, comme je suis extrêmement prudent de nature et que j’ai eu une première expérience malheureuse avec le casino, je décide de tester mais sans trop investir, et je décide d’allouer 1.000 euros au départ. J’ai l’occasion de m’occuper de cela en semaine, les jours ou je ne fais pas les dégustations de vins. Les explications données pour le courtier en trading (en fait le site qui permet de faire les investissements) sont assez faciles à comprendre, et je maintiens donc mes 1.000 euros pendant plus ou moins 1 mois, ce que j’estime déjà être très bien, alors que je suis novice.

Le vrai départ est donné

Après ce premier mois, je trouve que je m’en sors plutôt bien (mon capital a fluctué à 800 euros vers le bas pour remonter à +-1.000 euros). Je décide donc de profiter d’un manque de clientèle pour les soirées ventes de vins pour m’investir un petit peu plus et je décide d’allouer 10.000 euros au total. C’est à ce moment que ça décolle vraiment, j’ai probablement un peu de chances, et entre avril et septembre, mes 10.000 euros deviennent 57.437 euros. Dans le même temps, mes rentrées habituelles sont stables et je reçois les intérêts de nos livrets qui viennent en complément. Notre capital est alors de 974.145 euros alors que le mois de septembre va débuter. Evan va rentrer à l’école, et la saison du foot (et donc des galettes saucisses) reprend réellement. D’un autre côté, la cave de papa fond comme neige au soleil. Je compare la rentabilité des placements par rapport à la vente de crêpes et de vins, et je fais le constat qu’en terme de temps investit, c’est près de 10 fois plus rentable. Je décide donc d’arrêter mes activités pour me consacrer pleinement au trading.

Une petite perte bien oubliée

Le premier mois en tant que trader est désastreux. Mes placements passent de 57.437 euros à +-45.000 euros. Je pense avoir fait des erreurs (j’en ai probablement commises) mais il s’agit en fait d’un juste retour des choses car j’ai été chanceux au début. Il est pour moi temps de me diversifier, et avec les connaissances que j’ai établies, de jouer dans la cour des grands, en réalisant des achats-ventes d’actions en direct. Fin 2010, notre capital dépasse le million. Mais le meilleur était encore à venir